Stop, rewind! Et si nous restaurions la démocratie, le pouvoir du peuple?

Alerté par la lecture de messages dénonçant l’instrumentalisation de la dernière élection de miss France par des activistes néo-nazis, j’ai regardé quelques vidéos sur cette élection.

Il semble que même ce concours de beauté respecte bien plus que nos élections politiques le non-cumul des mandats dans le temps et la représentativité de la population française. Ceci n’est-il pas inquiétant? N’est-il pas urgent de changer?

D’années en années, les personnalités françaises préférées des françaises sont à l’image de notre pays mais d’élections en élections, les représentantes que nous élisons sont à l’image de celles déjà en place, ne représentent plus qu’elles-même. Quel que soit le parti, nous retenons parmi les candidates à la candidatures, en premier lieu, celles qui ont déjà été élues dans le passé ou ont déjà un pouvoir d’influence avéré, celles qui n’appartiennent plus, dans notre imaginaire, au peuple mais à la classe dirigeante.

J’ai le sentiment que nous confondons les sélections des agents publics pour leurs compétences, leur savoir-faire, avec les élections qui devraient permettre de placer le peuple à leur tête, dans le respect du principe de notre République « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Nous, adhérentes à de divers partis politiques, malgré nos sincères engagements contre les discriminations, ne serions-nous pas les premières coupables des discriminations? Si nous sommes incapables d’en finir avec les compétitions fratricides et les oligarchies, les calculs électoraux et la reconduite des classes dominantes, comment pouvons-nous espérer construire un monde plus juste?

Ce constat d’échec est toujours le même. Ne serait-il pas temps que nous remettions en cause les conclusions des débats des fondateurs de la république française où ont gagné celles qui souhaitaient éviter de donner le pouvoir au peuple et préféraient le réserver, grâce aux votes, à la classe dirigeante? Ne serait-il pas urgent de revenir à ce qui pendant des siècles a été considéré comme synonyme de démocratie:

  •  le débat permanent entre toutes les citoyennes,
  • la désignation des dirigeantes par tirage au sort et uniquement pour des mandats courts,
  • le contrôle permanent des dirigeantes et l’engagement de leur responsabilité personnelle dans toutes leurs décisions.

Ne serait-il pas temps de mettre un terme aux compétitions? N’est-il pas urgent de bannir de notre démocratie les enjeux de pouvoir qui broient notre humanité?

Comment prétendre sérieusement qu’en basant notre démocratie sur des compétitions nous ne favorisons pas les organisations et théories politiques qui divisent l’humanité?

Paix et amour,

François NICOLAS, REZE(44)

http://www.festivalnikon.fr/video/2013/1394

PS: http://hasard.europe-ecologie.net/about/

Publicités

A propos François NICOLAS

Militant écolo, je veux agir pour que nous refusions enfin que la prospérité temporaire des un-e-s se traduise par la mort de faim définitive des autres : « Vivre simplement, pour que les autres puissent simplement vivre. » Aux objectifs de victoires de quelques-un-e-s construites au dépend de multiples défaites des autres (ce que vous appelez compétition, la rage au ventre, les poings serrés), je préfère les objectifs de partage, d’amour et de respect (ce que tu appelles utopie anarchiste, le sourire aux lèvres, la main ouverte).
Cet article, publié dans Décroissance, Liberté, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s