Refusons de suicider l’humanité, osons être humains.

Nous sommes souvent effarés de voir que les néo-nazis s’organisent et parlent librement au USA mais, de leur coté, les américains sont à leur tour surpris que les racismes et xénophobies soient à ce point tolérés chez nous. Comme si, d’un coté ou de l’autre de l’Atlantique, nous ne pouvions voir nos absurdités que chez les autres…

Ce vieux et court documentaire américain sur la tolérance du racisme ordinaire en Europe à l’occasion des matchs de foot, nous ouvre les yeux, grâce à un regard extérieur, sur la banalisation de notre racisme.

Les trente dernières années de banalisation des racismes et xénophobies ne font-elle pas courir un risque sérieux de déclin à nos civilisations? Plus encore, ne sont-elles pas tout simplement suicidaires pour l’avenir de l’humanité?

Réveillons-nous et loin des dirigeantes et dirigeants qui érigent des frontières entre les peuples pour mieux nous exploiter, pour mieux assouvir leurs soifs de pouvoirs politiques ou financiers, osons affirmer que nous sommes une et une seule humanité.

Ils mondialisent les égoïsmes, les frustrations et les haines. Ils mondialisent ce qui nous tuent pour mieux mondialiser leurs impérialismes commerciaux. Mondialisons le partage, la paix et l’amour: c’est ce qui nous fait vivre.

Puisque les évidences sont oubliées, n’ayons pas honte de le dire: la guerre et la haine nous tuent, la paix et l’amour nous font vivre.

Il est suicidaire pour l’humanité de se penser en combats fratricides et vaines compétitions. Comme nous vivons dans un monde fini, la cupidité, l’égoïsme, l’accumulation de toujours plus de biens et d’énergie, les égoïsmes nationaux, les discriminations et les atteintes à la libre circulation des personnes ne peuvent être profitables que très momentanément et à une minorité toujours plus restreinte d’hommes et de femmes toujours plus pauvre en humanité. Il est vital pour notre prospérité, pour la survie de l’humanité, d’apprendre à vivre ensemble, les uns avec les autre et non plus les uns contre les autres. Il est vital de partager les ressources, de substituer la liberté de circulation, la paix, l’entraide et le partage, aux fermetures des frontières, aux guerres, aux compétions et aux égoïsmes. Il est vital de se battre pour notre bonheur, pour notre droit à vivre décemment, toutes et tous ensemble.

Un autre monde est possible,

François NICOLAS, REZE(44)

https://francoisnicolas44.wordpress.com/2013/11/14/negritude-ptites-anecdotes-personnelles/

Publicités

A propos François NICOLAS

Militant écolo, je veux agir pour que nous refusions enfin que la prospérité temporaire des un-e-s se traduise par la mort de faim définitive des autres : « Vivre simplement, pour que les autres puissent simplement vivre. » Aux objectifs de victoires de quelques-un-e-s construites au dépend de multiples défaites des autres (ce que vous appelez compétition, la rage au ventre, les poings serrés), je préfère les objectifs de partage, d’amour et de respect (ce que tu appelles utopie anarchiste, le sourire aux lèvres, la main ouverte).
Cet article, publié dans Décroissance, Egalité, Fraternité, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s