Monsieur le premier ministre,

 

 

Il est écrit que « Depuis lundi 1er septembre, les soldats de l’armée se livrent à du pillage sur les affaires et des exactions sur les personnes« . (http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/2014/09/04/le-contre-temps-histoire-dune-cabane/#more-1340)

Si l’on en croit cet article, au nom du peuple français, en notre nom à toutes et à tous, des hommes en armes commettent des actes délictueux? Est-ce possible?

S’il y a là le moindre soupçon que ceci ne soit pas inexact, Monsieur Valls, je vous en prie, diligentez une enquête, réagissez, intervenez, montrez aux éventuels délinquants qu’ils ne peuvent enfreindre les lois en notre nom.

Précisez à nos fiers soldats qu’il sont là pour maintenir l’ordre de la république et que dans toute démocratie ceci signifie qu’ils sont là pour protéger le peuple face aux puissants, la nation française face aux autres organisations, surtout quand celles-ci ne sont que des sociétés privés dont les objectifs se limitent aux reversement de dividendes à leurs actionnaires.

En 2015, notre nation accueillera la conférence internationale historique sur le climat qui enfin, espérons-le, ceci dépend aussi de votre volonté de condamner ou sauvegarder l’humanité, signera le véritable démarrage de la lutte contre le réchauffement climatique, donc, nécessairement, la fin définitive de tous ces chantiers fossoyeurs d’avenirs.

Rappelez aux fiers serviteurs de la démocratie que ce n’est pas servir la France que d’écraser celles ou ceux qui défendent les terres de France, leurs biodiversités, leurs richesses actuelles et futurs, celles et ceux qui cherchent à protéger un peu de l’avenir de notre beau pays mis en danger par de distraits ingénieux ingénieurs si occupés par leurs expertes réalisations qu’ils finissent par en oublier les conséquences mortifères pour l’humanité.
François NICOLAS, REZE(44)

http://www.mingata.eu

 

Publicités

A propos François NICOLAS

Militant écolo, je veux agir pour que nous refusions enfin que la prospérité temporaire des un-e-s se traduise par la mort de faim définitive des autres : « Vivre simplement, pour que les autres puissent simplement vivre. » Aux objectifs de victoires de quelques-un-e-s construites au dépend de multiples défaites des autres (ce que vous appelez compétition, la rage au ventre, les poings serrés), je préfère les objectifs de partage, d’amour et de respect (ce que tu appelles utopie anarchiste, le sourire aux lèvres, la main ouverte).
Lien | Cet article, publié dans Décroissance, Egalité, Liberté, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s