Flamanville, 1er octobre 2016

Immersion au cœur d’une mobilisation réussie.

La plupart de nos réacteurs nucléaires ont dépassé leur limite d’âge.
Le risque de catastrophe augmente chaque jour.

Neuf ou vieux, un réacteur nucléaire est dangereux.
Il produit des quantités industrielles de déchets mortels.
Nos descendants devront éviter la dissémination
des déchets les plus dangereux jusqu’à la disparition
de notre civilisation.

Si le réacteur EPR de Flamanville était en état de fonctionner,
il ne ferait que prolonger le danger d’une catastrophe définitive.
L’industrie nucléaire peut transformer en territoire hostile
aux humains une grande partie du sol de France.

Le coût de la construction du réacteur EPR de Flamanville a déjà
triplé par rapport à ce qui était prévu.

Il est urgent d’arrêter d’endetter la France.
Il est urgent d’arrêter le projet de réacteur EPR.
Il est urgent de sortir du nucléaire.
Il est urgent de ne pas gaspiller 60 milliards pour prolonger
la vie des usines de production de déchets nucléaires.

Il est urgent d’investir dans la promotion des économies d’énergie,
l’amélioration de l’efficacité énergétique et le développement des alternatives durables
comme le solaire, l’éolien, la biomasse…

Notre modèle centralisé de gestion de l’énergie est économiquement
et techniquement fragile et dangereux.
Il est basé sur le gaspillage, l’inefficacité et la production de déchets.
Nous devons favoriser un modèle décentralisé basé sur les énergies renouvelables
et s’appuyant sur les emplois locaux.

Rénovons les bâtiments. Développons le transport ferroviaire.
Favorisons les énergies abondantes et disponibles…

Ne condamnons plus l'avenir des hommes et des femmes de France,
sortons du nucléaire, maintenant.

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.mingata.eu

(Merci aux http://www.ramoneursdemenhirs.fr/ dont j’ai utilisé, en milieu et fin de vidéo, le son capté lors des balances d’après manif.)

Publicités

A propos François NICOLAS

Militant écolo, je veux agir pour que nous refusions enfin que la prospérité temporaire des un-e-s se traduise par la mort de faim définitive des autres : « Vivre simplement, pour que les autres puissent simplement vivre. » Aux objectifs de victoires de quelques-un-e-s construites au dépend de multiples défaites des autres (ce que vous appelez compétition, la rage au ventre, les poings serrés), je préfère les objectifs de partage, d’amour et de respect (ce que tu appelles utopie anarchiste, le sourire aux lèvres, la main ouverte).
Cet article, publié dans Industrie nucléaire, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s