Archives du mot-clé action

Renforcer le pouvoir d’agir de toutes et de tous

Merci au secours catholique pour le rapport :

Sans contreparties

Pour un revenu minimum garanti.

Ce rapport est en ligne ici : https://www.secours-catholique.org/sites/scinternet/files/publications/rapport_revenusans_contreparties.pdf

« …bénéficiaires du RSA et accompagnants ne se parlent pas franchement… chacun joue un rôle et où tout le monde est perdant… » il faut « …Renforcer le pouvoir d’agir de personnes vivant la précarité et instaurer des relations de confiance avec les institutions… »

Bonus, un article donnant quelques pistes pour aider à l’instauration de ce nouveau « vaccin contre les crises économiques et sociales » : https://francoisnicolas44.wordpress.com/2020/04/29/instaurer-un-vaccin-contre-les-crises-economiques-et-sociales/

Inconditionnellement,

François NICOLAS, REZE(44)

Non-Violence?

Espoir, Courage, Légèreté, Amour et Travail

STOP VIOLENCE

Ne pas s’attaquer aux bras armés mais partager notre amour, nos rires.

Ne pas insulter, ne pas crier mais parler, donner à réfléchir.

Ne pas jouer au jeu où le plus violent gagne et les laisser jouer tout seuls.

Être ailleurs.

S’engager autrement avec Espoir, Courage, Légèreté, Amour et Travail.

L’espoir, toujours proposer des alternatives.

Courage, oser agir différemment.

Légèreté, diminuer les tensions.

Amour, se réconcilier avec l’essentiel.

Travail, ne jamais se décourager.

STOP VIOLENCE

François NICOLAS – https://www.facebook.com/FrancoisNicolas44/

Découvrir la non-violence avec cet extrait de formation :

 

SuckeR PuncH

Ce film est à vivre comme un poème, entre « Brazil » et « Alice au pays des Merveilles », matinée de « Vol au dessus d’un nid de coucou ».

Ce matin, mollement décidé à ne rien faire, à me « vider la tête », à m’abrutir sur un film de série Z, façon « l’homme aux deux cerveau » mâtiné de Kung-Fu et de Marvel, j’ai regardé Sucker Punch (Version longue, en V.O., c’est à propos de cette version que j’écris). J’ai été agréablement surpris.

Si tu crois au réalisme avant l’utopie, à la rationalisation avant l’échange, à la norme avant la liberté, passe ton chemin.

Si tu considère que l‘oppression des femmes par les hommes est une réalité à combattre, si tu crois que l’accumulation des capitaux ne peut être le moteur d’une société viable, si tu crois que la liberté de chacune à disposer d’elle-même est un droit non-négociable, regarde-le.

Si tu considères qu’une société se basant sur la domination masculine, les luttes de pouvoir et les privations de liberté est un asile de fous, autorise-toi deux heures de plaisir.

Si tu es féministe, anti-capitaliste, socialiste et libéral.e, si tu n’as pas peur des contradictions, des apparences trompeuses, des phrases et images faciles, si tu crois qu’il n’y a pas qu’une seule et unique vérité, une seule manière de voir, d’entendre, si tu crois qu’il n’est pas nécessaire de tout verbaliser pour penser, si tu acceptes de rêver, d’espérer, de lutter, de laisser tomber tes défenses rationnelles, de t’ouvrir aux autres, si tu acceptes de voir plus loin que tes yeux, de ne pas te focaliser sur tes a priori, si tu crois que chacun.e est sa propre voie mais que seul.e.s nous sommes impuissant.e.s, qu’on ne peut agir qu’ensemble… Ce film pourrait te plaire.

Regarde-le sans rien attendre, sans rien espérer, sans y chercher de longs propos philosophiques. Regarde-le sans jugement, ce film peut te parler de toi, de ta vie, de ton chemin, de ton désir de vivre. Ne sois pas trop critique avec toi-même.

Ce film est à regarder comme on lis un poème, comme on se laisse bercer par le bruit d’une cascade, par le crépitement d’un feu de bois, libre.

Présenté comme une « épopée fantastique », ce film m’a parlé de domination, de servitude volontaire, du sens de la vie, de la vacuité des normes, de l’importance de la liberté, de l’essentiel, de l’indicible.J’écris tout ça, je n’écris rien car, de toutes façons, ce film tu l’aimeras ou ne l’aimeras pas sur un critère simple : si tu aimes ou n’aimes pas les films où il y a un dragon.Ce billet ne concerne que la version longue en V.O. : je ne sais pas du tout si j’aurais apprécié la version courte ou une version doublée.

 

Paix et amour,

 

François NICOLAS, REZE(44), http://www.mingata.eu

 C’est officiel, depuis ce 8 octobre 2017, on peut dire :
François Nicolas a parfois des idées intéressantes mais,
méfions-nous, il aime "Sucker Punch".

Vivre libre.

Quand par inadvertance on se surprend à penser à nos espoirs, à nos rêves, à nos capacités, à nos possibilités, à la facilité déconcertante avec laquelle nous pourrions vivre d’amour et de paix, et ce, pendant quelques centaines de millénaires, puis que l’on compare ceci avec la réalité de nos actes, à nos divisions, nos guerres, nos intolérances, nos égoïsmes, notre surconsommation, en somme, notre suicide collectif, il vient à l’esprit qu’il n’y a rien de plus à dire que…

Aussi, semble-t-il salutaire de se réveiller.

Car comment espérer, si l’on oublie de vivre libre.

Vivre en réagissant.

Réagir puis agir.

Agir pour construire une France à la hauteur de nos rêves.

Car, en définitive, on vaut mieux que ça.

Comment commencer? Sans doute en prenant tout d’abord le temps de se poser.

Puis, choisir une idée, un combat, un espoir à défendre.

Apprendre à dire non!

Oser s’impliquer personnellement.

Tout en gardant un peu de recul.

Lutter tant qu’ils n’ont pas détruit toute démocratie.

Innover pour protéger l’économie locale.

Se rassembler pour les empêcher de détruire les terres de France.

Préserver la liberté de produire sa nourriture sans être à la merci de multinationales destructrices d’avenir.

Refuser de brader nos droits.

Libérer nos imagination.

Agir ensemble.

Toutes et tous ensemble.

Donner à réfléchir.

Donner à réfléchir.

Donner à réfléchir.

Avoir une vision clair de nos objectifs.

Bref…

et

 

 

 

 

Tchernobyl 1986 – Nantes 2015, sortons du nucléaire, maintenant.

Préambule, à télécharger avant censure, un rapport de l'ADEME :
"Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050" (Rapport final de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)

 

Tchernobyl, 26 avril 1986, minuit, erreur humaine lors d’un test de relance des pompes. L’arrêt d’urgence est bloqué. 01:23:44, explosion détruisant le réacteur.

600.000 liquidateurs sacrifiés pour limiter la catastrophe, pollutions radioactives mondiales, une région condamnée, des conséquences sanitaires majeures pour des millénaires.

En France, on continue?

Rénover nos vieux réacteurs nous coûterait plus de 50.000.000.000€. Or, ces 50.000.000.000€ suffiraient pour réduire nos factures énergétiques et développer les énergies renouvelables nécessaires.

Sortons du nucléaire, maintenant.

Contact : coordarn@laposte.net

Chaque catastrophe nucléaire tue durant des siècles. N’attendons plus qu’un improbable accident condamne définitivement les terres de France. Sortons du nucléaire.

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.mingata.eu