Archives du mot-clé finance

Instaurer un vaccin contre les crises économiques et sociales

Afin qu’un désastre économique ne succède pas à cette crise sanitaire, il est nécessaire d’armer l’économie française d’un véritable vaccin contre les crises économiques.

Un vaccin qui sécuriserait préventivement toutes les activités économiques utiles au plus grand nombre. Un vaccin qui garantirait inconditionnellement que chaque personne dispose de quoi acheter ce dont elle a besoin pour vivre décemment. Un vaccin qui par conséquent augmenterait la sécurité financière des entreprises fournissant des biens et services essentiels à une vie décente.

La crise sanitaire nous a contraint à arrêter la machine à croissance du PIB. Mais, nous nous préparons à relancer notre système spéculatif anti-économique. Nous nous préparons à relancer les compétitions économiques fratricides, la fabrique à précarités.

Or, la nécessité de poursuivre certaines activités malgré l’arrêt brutal de notre économie a mis en évidence que les travaux les plus indispensables ne sont ni les mieux rémunérés, ni les plus stables.

Or, l’envie de toutes et tous de s’investir, de participer à la lutte contre cette pandémie, a mis en évidence le besoin de cohésion nationale qui nous anime.

Ces faits attestent de la pertinence qu’il y aurait à rapidement mettre en place un revenu de base inconditionnel. Un revenu matérialisant l’envie du peuple français de construire une société plus solidaire, une société où chaque personne serait en mesure de librement s’investir sans crainte pour son avenir et celui de ses enfants. Il est temps d’instaurer le droit à un revenu de base inconditionnel. Il est temps de consolider la résistance individuelle et collective a cette crise et aux crises à venir.

Luttons pour le droit à un revenu de base inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué individuellement à toutes et tous, versé de la naissance à la mort, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie.

Nous avons toutes et tous la possibilité d’agir concrêtement pour construire un monde plus respectueux des personnes et économiquement moins sensible aux crises. Nous devons voter et partager massivement l’initiave citoyenne européenne pour l’instauration de revenus de base:

https://you.wemove.eu/campaigns/2020-03-basic-income-FR

Amicalement,

François NICOLAS

BONUS : proposition d’un parcours de découverte de la notion de revenu de base inconditionnel

I. INITIATION

a) Une pétition à partager pour un revenu de base supérieur aux seuils de pauvreté (le court argmentaire donne quelques éléments à celles et ceux qui découvrent ces enjeux) :

https://www.change.org/p/pour-le-droit-%C3%A0-un-revenu-de-base-inconditionnel-au-moins-sup%C3%A9rieur-au-seuil-de-pauvret%C3%A9

b) Un débat mouvant avec les colibris (les expressions des participant·e·s sont relativement classiques : elles permettent de cerner les habituelles peurs ou enthousiasmes que l’on entends à chaque réunion) :

II. APPROFONDISSEMENT

a) Une conférence de Baptiste Mylondo pour réfléchir aux revenus de base comme élément d’un projet de société émancipateur et décroissant :

III. ACTIONS

a) Un extrait d’une conférence gesticulée d’Alexis Lecointe pour t’inspirer quelques moyens d’augmenter l’attrait de tes éventuelles présentations du revenu de base:

b) Le site du MFRB (le Mouvement Français pour un Revenu de Base) :

https://www.revenudebase.info

Aimons-nous la vie?

« L’éleveur appartient au groupe Triskalia, l’un des plus gros groupements de producteurs de cochons en Bretagne. Triskalia travaille notamment pour des filières qualité comme Label Rouge Opale, Bleu Blanc Cœur ou Filière Herta. »…

Presque 1 an après cet article, qui pourrait m’apprendre que nous sommes civilisées, que nous n’allons plus continuer à nous comporter sans aucun respect pour les êtres vivants?

Qui peut croire qu’il ne serait pas utile à notre bonheur que nous nous comportions avec un peu plus de dignité?

Quand nos députés établiront-ils un revenu agricole inconditionnel permettant à toutes et tous ces travailleurs qui nous nourrissent d’être libres de travailler sans obéir aux exigences de cette industrie agroalimentaire qui détruit nos avenirs, qui détruit notre humanité?

Quand les représentants et représentantes du peuples cesseront-elles de diminuer les subventions aux agriculteurs et éleveurs bio? Quand cesserons-nous de subventionner à outrance les producteurs industriels?

Quand nos gouvernants subventionneront-ils enfin décemment les plus vertueuses? Celles et ceux qui ont conscience que pour vivre il faut respecter la vie? Quand nos représentants réaliseront-ils que les paysans qui, au lieu de les polluer, entretiennent, qui, au lieu d’exploiter, élèvent, travaillent pour la France? Quand nos députées décideront-elles enfin de faciliter les pratiques d’avenir, les moins dangereuses, les plus respectueuses?

Saudade,

François NICOLAS

https://www.facebook.com/FrancoisNicolas44

Pour approfondir, pour réfléchir…

« Nous, amatrices de viande, ne sommes pas revenues intactes de cette aventure. »

Un REVENU DE BASE INCONDITIONNEL pour un projet de société émancipateur

Une conférence-débat de Baptiste Mylondo organisée à Nantes par le groupe local (nantes@revenudebase.info) du Mouvement Français pour un Revenu de Base (http://www.revenudebase.info).


Une vidéo de François NICOLAS, REZE(44), http://mingata.eu/

#COP21 – Une démobilisation serait-elle responsable?

urgence_climatique

Serait-il responsable de renoncer à

vivre libre dans le respect de l’avenir?

Partout en France, les mobilisations de personnes non résignées ce sont multipliées.

Illustration à Nantes ce samedi :

J’ai pu lire deux types de remises en cause de ces mobilisations. Les extraits ci-dessous les résument :

– « je trouve cela assez irresponsable. Même si sur le fond je soutiens le propos »

– « ok ça fout les boules mais une manif ne fait pas vivre des gens (économiquement parlant)alors que des touristes ou autres si. »

Est-ce irresponsable que de lutter pour qu’enfin l’avenir de l’humanité sur Terre ne soient plus une variable d’ajustement des profits financiers ?
Si, du fait de l’état d’urgence, il n’est plus possible de se regrouper en France, mais alors pourquoi continuer à autoriser les compétitions sportives, les concerts ou les foires commerciales et interdire les regroupements politiques alors que ceux-ci ont toujours concernés moins de personnes? Est-ce parce qu’au mépris des valeurs fondamentales de la république française, la liberté d’expression serait moins importante que la liberté d’applaudir une équipe sportive ou de consommer? Les libertés individuelles et collectives seraient-elle devenues moins importantes que le plaisir de se faire manipuler par les propagandes commerciales ? Tous ce qu’il nous resterait du « vivre ensemble » se résumerait au plaisir de soutenir une équipe de foot pour qu’elle écrase une autre équipe de foot ? L’irresponsabilité n’est-elle pas du coté de celles et de ceux qui considèrent que « le pain et le jeu » sont plus importants que les libertés?
Est-il responsable de considérer que nos libertés sont acquises, qu’on peut les bafouer et qu’il n’est pas nécessaire d’exprimer notre attachement à celles-ci ?
N’est-il pas incongru que puisqu’un petit groupe de criminels (nous sommes 7 milliards, ces criminels représentent quoi?) veut, par le sang, fragiliser nos démocraties, nous décidions de détruire nos libertés avant qu’ils n’y parviennent ? L’irresponsabilité n’est-elle du coté de la masse silencieuse qui de tous temps, en tous pays, accepte tout et n’importe-quoi ?

N’est-il pas évident que notre empressement à détruire nous-même nos libertés, à mépriser nos libertés d’expressions pour mieux favoriser le pain et les jeux est le signe d’autre chose ? N’est-ce pas le signe que nous avons toutes et tous conscience que les crises causées par nos égoïsmes et nos sur-consommations nous offrent deux choix contradictoires:

  • une poursuite de l’augmentation des inégalités, des replis sur soi, des guerres économiques et classiques, en somme un suicide collectif, dans la haine et le malheur,
  • ou un changement de modèle économique pour la construction d’un monde plus juste, plus humain, d’un monde où il fait bon vivre, un monde que, de la révolution à la déclaration universelle des droits de l’homme, le peuple français a commencé à construire?

La guerre, la limitation des libertés, la xénophobie, les nationalismes, sont du coté des terroristes, des criminels, des exploiteurs.

Pour construire un monde où il fera bon vivre, pour lutter efficacement contre les terrorismes, qu’ils soient capitalistes, politiques, nationalistes ou religieux, il nous faut, avant toutes autres choses, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup d’amour.

François NICOLAS, REZE(44)

http://www.mingata.eu/

 

PS: Si tU n’As Pas cOMprIs PourQuoi Tu DevRAis tE MobIliser, reGardE Ce court DocUmentaiRe:

Banksters, escroqueries et financements publics des profits privées…

Un éclairage de Julien Bayou sur l’affaire Kerviel:

L’intégralité des interventions du forum « Les banques victimes ou complices de la spéculation ? » avec Thierry Brochot, Jérome Kerviel, Julien Bayou et Eva Joly:

Un autre monde existe!

François NICOLAS, REZE(44)

όχι! Un passé si lointain qu’il ressemble à notre avenir.

Au VIe siècle avant Jésus Christ, du fait, entre autres choses, de l’esclavage pour cause de dettes, de cette influence de la finance sur le politique, les cités grecques sont en crises…

Pour sortir de cette impasse, les politiques athéniens inventent progressivement… La démocratie!

Au XXIe siècle après Jésus Christ, du fait, entre autres choses, des politiques d’austérité, de la destruction des liens sociaux, de cette influence de la finance sur le politique, le monde subit de multiples crises…

Le dimanche 5 juillet 2015, la Grèce a dit NON!
La Grèce propose aux autres pays de suivre une autre voie que celle de la finance.

L’invention de la démocratie date d’un passé si lointain qu’il ressemble à notre avenir.

A nous de soutenir la Grèce dont la lutte est celle de toutes les démocraties.

François NICOLAS, REZÉ(44) – France
http://www.mingata.eu

Une république intransigeante!

Une république intransigeante s’attaquerait en priorité aux puissants, serait un contre-pouvoir face à celles et ceux qui détruisent nos avenirs.

Une république intransigeante n’aurait pas besoin de transformer les faits divers en causes nationales pour mieux détourner le peuple de la spoliation des ressources de toutes et de tous par quelques-uns.

Une république intransigeante respecterait la différence entre mineurs et majeurs, entre celles et ceux qui ont encore beaucoup à comprendre et celles et ceux qui en savent assez pour assumer leurs actes.

Une république intransigeante respecterait l’avenir en aidant ses enfants à devenir de belles personnes plutôt qu’en appuyant sur leurs fautes, en les stigmatisant.

Être de plus en plus fort contre les faibles va de pair avec le fait d’être de plus en plus faible contre les puissants.

 

Paix et amour,

 

François NICOLAS, REZE(44)

La légitimité de la violence ?

Avoir peur de recevoir de coups. Avoir mal. Aller simplement exprimer son avis, son opposition à ce monde de haine et de destruction puis en sortir définitivement mutilé.

S’il peut sembler normal de céder à la tentation de la violence ceci ne sert que le camps de la peur, de la haine, de la barbarie, ceci donne des justifications à posteriori aux pires abus, aux pires privations de liberté, aux lois liberticides, aux fascistes de tous les bords, à ce monde de brutes capitalistes qui ne reconnaissent que la loi du plus fort, la loi de la jungle, la loi des multinationales, les violences, les haines, les communautarismes, les identités nationales qui par nature excluent et encouragent les divisions artificielles et humainement suicidaires.

Je crois que la seule violence acceptable est la légitime défense : quand on est directement agressé sans pouvoir fuir ou quand on défend un agressé qui ne peut pas fuir. Je crois qu’il n’y a de « contre-violence » que pacifique et fraternelle : toute autre « contre-violence » est une défaite de la civilisation, une victoire de ce monde néo-libéral inhumain que le grand capital nous impose.

Dans l’actualité des luttes des dernières années, je trouve que les diverses actions des brigades des clowns où, les actions de résistances passives « nues et désarmées », « enchaînées » ou encore « enterrées » sont de bonnes illustrations de ce que l’on peut faire pour lutter efficacement. Des actions qui ne transforment pas les oppresseurs en défendeurs de l’ordre. Des actions qui laissent le choix aux détenteurs de l’autorité publique de ne pas employer la force. Des actions qui laissent le choix aux détenteurs de l’autorité publique de choisir la vie et de ne plus défendre les puissants, les destructeurs d’humanité.

Nous ne gagnerons un monde plus juste, plus sain, plus civilisé, que lorsque les hommes et femmes de devoir n’auront plus aucune possibilité de croire qu’ils usent de violences pour le bien de toutes et tous et non pour la destruction de nos avenirs, pour une société de plus en plus autoritaire et liberticide.

Bien entendu, ceci demande un incroyable courage et une formidable clairvoyance.
Le courage d’être à la merci des quelques humains qui se cachent parmi les dépositaires de la force publiques et/ou les résistants pour conjurer leurs peurs et problèmes personnels en assouvissant leur soif de violence, violence rapidement contagieuse.
La clairvoyance de celles et de ceux qui sont persuadées qu’une lutte gagnée par la violence est une lutte perdue, une victoire des néo-conservateurs, des partisans de la loi du plus fort, une victoire des fascistes, contre l’humanisme, contre la civilisation.

Merci à l’incroyable courage et à la clairvoyance des militantes et militants pacifistes de toutes ces luttes pour la préservation de l’avenir de l’humanité et… Merci aux dépositaires de la force publique qui n’useront plus des moyens violents à leur disposition! Et si, en définitive, il y avait, également répartis de part et d’autre des barricades, d’une part le camps de la peur et de la violence, d’autre part le camps du courage et de l’humanité?

Paix et amour,

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.mingata.eu