Archives du mot-clé gendarmerie

La plus grande opération militaire française

Pour suivre l'actualité des destructions : https://zad.nadir.org/

L’opération militaire impliquant le plus de militaires français est l’évacuation de quelques lieux de vie et d’expérimentations d’activités compatibles avec les engagements climatiques internationaux de la France.

Camarade, quand tu ordonnes, exécutes ou encourages des destructions de lieux de vie, de travail, d’accueil, de partage, d’échange, pour évacuer, là, un champs de patates, là, des vaches, là, des brebis, penses-tu réellement travailler à construire un monde plus juste?

N’es-tu pas tout simplement le rouage d’un système à bout de souffle qui, face à l’impasse d’une volonté de croissance infinie dans un monde fini, fabrique des ennemis intérieurs pour auto-justifier à posteriori son monde de destruction et de violence?

Es-tu incapable de voir le ridicule de cette démarche?

 

François – https://www.facebook.com/FrancoisNicolas44/

 

La légitimité de la violence ?

Avoir peur de recevoir de coups. Avoir mal. Aller simplement exprimer son avis, son opposition à ce monde de haine et de destruction puis en sortir définitivement mutilé.

S’il peut sembler normal de céder à la tentation de la violence ceci ne sert que le camps de la peur, de la haine, de la barbarie, ceci donne des justifications à posteriori aux pires abus, aux pires privations de liberté, aux lois liberticides, aux fascistes de tous les bords, à ce monde de brutes capitalistes qui ne reconnaissent que la loi du plus fort, la loi de la jungle, la loi des multinationales, les violences, les haines, les communautarismes, les identités nationales qui par nature excluent et encouragent les divisions artificielles et humainement suicidaires.

Je crois que la seule violence acceptable est la légitime défense : quand on est directement agressé sans pouvoir fuir ou quand on défend un agressé qui ne peut pas fuir. Je crois qu’il n’y a de « contre-violence » que pacifique et fraternelle : toute autre « contre-violence » est une défaite de la civilisation, une victoire de ce monde néo-libéral inhumain que le grand capital nous impose.

Dans l’actualité des luttes des dernières années, je trouve que les diverses actions des brigades des clowns où, les actions de résistances passives « nues et désarmées », « enchaînées » ou encore « enterrées » sont de bonnes illustrations de ce que l’on peut faire pour lutter efficacement. Des actions qui ne transforment pas les oppresseurs en défendeurs de l’ordre. Des actions qui laissent le choix aux détenteurs de l’autorité publique de ne pas employer la force. Des actions qui laissent le choix aux détenteurs de l’autorité publique de choisir la vie et de ne plus défendre les puissants, les destructeurs d’humanité.

Nous ne gagnerons un monde plus juste, plus sain, plus civilisé, que lorsque les hommes et femmes de devoir n’auront plus aucune possibilité de croire qu’ils usent de violences pour le bien de toutes et tous et non pour la destruction de nos avenirs, pour une société de plus en plus autoritaire et liberticide.

Bien entendu, ceci demande un incroyable courage et une formidable clairvoyance.
Le courage d’être à la merci des quelques humains qui se cachent parmi les dépositaires de la force publiques et/ou les résistants pour conjurer leurs peurs et problèmes personnels en assouvissant leur soif de violence, violence rapidement contagieuse.
La clairvoyance de celles et de ceux qui sont persuadées qu’une lutte gagnée par la violence est une lutte perdue, une victoire des néo-conservateurs, des partisans de la loi du plus fort, une victoire des fascistes, contre l’humanisme, contre la civilisation.

Merci à l’incroyable courage et à la clairvoyance des militantes et militants pacifistes de toutes ces luttes pour la préservation de l’avenir de l’humanité et… Merci aux dépositaires de la force publique qui n’useront plus des moyens violents à leur disposition! Et si, en définitive, il y avait, également répartis de part et d’autre des barricades, d’une part le camps de la peur et de la violence, d’autre part le camps du courage et de l’humanité?

Paix et amour,

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.mingata.eu

Démission?

Quel intérêt de demander, avant la fin des enquêtes, la démission de celles ou ceux qui n’agissent que sur ordre, par devoir?

Est-ce un besoin de ne pas remettre en cause le peu d’intérêt de nos dirigeants économiques pour le respect de la vie, quand ils ont l’occasion de retirer quelques bénéfices financiers en détruisant, petit à petit, l’avenir de l’humanité?

Mort de Rémi Fraisse: Denis Favier, directeur général de la gendarmerie, invité de BFMTV

Est-ce un moyen d’éviter de condamner ces politiques de tous bords qui se nourrissent des divisions ou violences, entretiennent des fantasmes sécuritaires, exacerbent les haines et attitudes de défiances, préfèrent créer des situations ingérables militairement plutôt que de remplir leur mission de représentants du peuple: exposer et débattre honnêtement des raisons qui les poussent à engager tous ces Grand Projets Inutiles et Imposés?

Est-il besoin de demander des démissions d’hommes et de femmes de devoir quand tant de démissions ont déjà eu lieu?

Ne sont-ce pas ces précédentes démissions qui sont criminelles. Ces démissions face aux promesses électorales. Ces démissions face au respect de l’avenir. Ces démissions face aux pouvoirs financiers. Ces démissions face aux haines. Ces démissions face au devoir de respecter la vie. Ces démissions face aux valeurs fondamentales humanistes et universalistes de la Républiques Française?

François NICOLAS, REZE(44)
www.mingata.eu

Monsieur Valls, réagissez!

Monsieur le premier ministre,

 

 

Il est écrit que « Depuis lundi 1er septembre, les soldats de l’armée se livrent à du pillage sur les affaires et des exactions sur les personnes« . (http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/2014/09/04/le-contre-temps-histoire-dune-cabane/#more-1340)

Si l’on en croit cet article, au nom du peuple français, en notre nom à toutes et à tous, des hommes en armes commettent des actes délictueux? Est-ce possible?

S’il y a là le moindre soupçon que ceci ne soit pas inexact, Monsieur Valls, je vous en prie, diligentez une enquête, réagissez, intervenez, montrez aux éventuels délinquants qu’ils ne peuvent enfreindre les lois en notre nom.

Précisez à nos fiers soldats qu’il sont là pour maintenir l’ordre de la république et que dans toute démocratie ceci signifie qu’ils sont là pour protéger le peuple face aux puissants, la nation française face aux autres organisations, surtout quand celles-ci ne sont que des sociétés privés dont les objectifs se limitent aux reversement de dividendes à leurs actionnaires.

En 2015, notre nation accueillera la conférence internationale historique sur le climat qui enfin, espérons-le, ceci dépend aussi de votre volonté de condamner ou sauvegarder l’humanité, signera le véritable démarrage de la lutte contre le réchauffement climatique, donc, nécessairement, la fin définitive de tous ces chantiers fossoyeurs d’avenirs.

Rappelez aux fiers serviteurs de la démocratie que ce n’est pas servir la France que d’écraser celles ou ceux qui défendent les terres de France, leurs biodiversités, leurs richesses actuelles et futurs, celles et ceux qui cherchent à protéger un peu de l’avenir de notre beau pays mis en danger par de distraits ingénieux ingénieurs si occupés par leurs expertes réalisations qu’ils finissent par en oublier les conséquences mortifères pour l’humanité.
François NICOLAS, REZE(44)

http://www.mingata.eu

 

Nantes, samedi 22 février 2004, après la manifestation

Nantes, samedi 22 février 2004, la fin de la manifestation contre la destruction du bocage à Notre-Dame-des-Landes.

Comprendre, avec les déclarations des paysans et paysannes, des biologistes ou des élues et élus, l’état d’esprit de celles et de ceux qui aimeraient qu’enfin nos politiques oublient les rêves de destruction des terres, les fascinations pour les surconsommations, l’illusion d’une croissance infinie dans un monde fini.

Comprendre que les opposants et opposantes à la destruction du Bocage de Notre-Dame-des-Landes demandent résolument une chose, que nos politiques se tournent vers l’avenir, la vie.


Paix et amour,
François NICOLAS, REZE(44)
http://mingata.eu/