Archives du mot-clé législatives

Bilan des législatives 2017, du coté des écologistes, sur la 44-04

Voici quelques souvenirs de ces législatives 2017, du coté des écologistes…

Circonscription 44-04, le 11 juin 2017, nous avons été 2307 citoyennes et citoyens à voter pour Europe Écologie – Les Verts, soit 4,87% des votes exprimés.

Merci pour cette mobilisation, merci pour ces sourires:

  • Merci à celles et ceux qui nous ont soutenus.
  • Merci à celles et ceux qui ont collé nos affiches.
  • Merci à celles et ceux qui ont distribué nos tracts.
  • Merci à celles et ceux avec qui nous avons discuté.
  • Merci aux 2307 citoyennes et citoyens qui ont voté pour nous.

Merci à toutes celles et tous ceux qui, chaque jour, militent pour un meilleur respect des personnes, de la vie, de l’avenir.

Les résultats détaillés :

  • BOUAYE : 3,78%, 122 voix
  • BOUGUENAIS : 3,97%, 289 voix
  • BRAINS : 4,81%, 56 voix
  • NANTES : 3,28%, 236 voix
  • PONT-SAINT-MARTIN : 2,15%, 51 voix
  • REZE : 6,37%, 1012 voix
  • SAINT-AIGNAN-DE-GRANDLIEU : 2,31%, 40 voix
  • SAINT-LEGER-LES-VIGNES : 2,57%, 19 voix
  • SAINT-SEBASTIEN-SUR-LOIRE : 4,31%, 482 voix

Ensemble, continuons à lutter pour un monde plus juste, plus pacifique, plus respectueux des personnes, de la vie, de l’avenir.

François NICOLAS, REZE(44)

http://mingata.eu/

11 et 18 juin 2017, le vrai choix

Nous ne sommes pas dans un régime présidentiel.

Le président de la République Française est le chef de l’état mais ce n’est pas le chef du gouvernement.

Le président doit choisir une ou un premier ministre soutenu par la majorité des députés et députées de l’assemblée nationale.

Ce sont les 11 et 18 juin que nous élirons l’assemblée nationale. Ce sont les 11 et 18 juin que nous déciderons de l’avenir de la France.

 

François NICOLAS, Rezé(44),

http://francoisnicolas2017.fr/

[VIDEO] Revenu de base inconditionnel et capitalisme

Vendredi 24 mars 2017, invité par le collectif « Bouguenais avec Hamon » à causer du revenu universel d’existence de Benoît Hamon, François NICOLAS en a profité pour évoquer la décroissance, le capitalisme, l’exploitation, l’emploi,…

Parce qu’il n’y a pas de démocratie sans débat ouvert et permanent

Que ce soit sur ce site: https://francoisnicolas2017.wordpress.com/,
en écrivant des articles ou en posant des questions,
localement, en suscitant des débats ou en m'invitant à débattre,
viens, participe et, ensemble,
préparons un monde plus juste où toutes et tous pourront bien vivre,
ensemble.

Bonjour,

Il y avait ce week-end un Conseil Fédéral d’Europe Écologie – Les Verts (Notre « parlement » : des adhérentes et adhérents qui débattent et votent nos décisions) qui devait, entre-autres choses investir des candidates et candidats aux législatives.

Ce lundi, à 20H47, j’ai transmis un SMS à Jean-Michel Braud (notre co-secrétaire régional, avec Catherine Bassani-Pillot) pour savoir si ma candidature était retenue… A 21H14, il m’a confirmé que j’étais le candidat d’Europe Écologie – Les Verts pour la Circonscription 44-04 (Bouaye, Bouguenais, Brains, Nantes, Pont-Saint-Martin, Saint-Aignan-de-Grand-Lieu, Saint-Léger-les-Vignes, Saint-Sébastien-sur-Loire, Rezé).

Du coup, j’ai mis en ligne ce début de site dédié à cette campagne électorale : https://francoisnicolas2017.wordpress.com/

Tous ceux et toutes celles désirant y participer sont les bienvenues.

Je rêve que ces élections soient un moyen, parmi d’autres, de nous relier, de donner un peu plus de force à nos idées, quelques soient nos partis ou collectifs. Je rêve que cette campagne soit une occasion de montrer que les compétitions fratricides n’ont pas de sens, que l’on peut travailler ensemble, s’entraider, même si l’on représente des partis ou collectifs différents. Je rêve que d’ici ce moment particulier où chaque citoyenne et chaque citoyen sera bien obligé de choisir un bulletin, nous n’hésitions pas à travailler toutes et tous ensemble sur les combats et idéaux que nous partageons et, sur la promotions des initiatives citoyennes concrètes qui construisent un monde plus juste, plus pacifique, plus respectueux de l’avenir…

Pour animer des débats sur les sujets que je maîtrise, préparer de petites restitutions vidéos sur les autres, tourner de petits reportages sur des individus, associations ou collectifs qui agissent concrètement, je serai comme d’habitude à la disposition de tous ceux et de toutes celles qui, même en dehors de ma circonscription, même adhérentes ou adhérents à d’autres partis ou collectifs, souhaitent également « faire de la politique autrement ».

Merci de ne pas hésiter à me contacter : https://francoisnicolas2017.wordpress.com/contact/

Alter’naïvement,

François NICOLAS, REZE(44)

Ce message est diffusable librement.

 

Qu’est-ce que… la croissance?

Qu’est-ce que la croissance?


Avant d’évoquer la décroissance, il est utile de réfléchir à ce qu’est la croissance, de prendre un peu de recul sur l’économie qu’elle dessine…


 

Nos dirigeants sont dévoués à la croissance. Ils consacrent toutes les ressources de l’humanité, actuelle et à venir, à l’idée d’une croissance infinie du produit intérieur brut, le P.I.B.

La croissance du P.I.B. ne mesure pas les richesses produites mais la traduction financière de l’activité économique.

La croissance du P.I.B. mesure le coût financier réel ou estimé de nos activités, quelles que soient nos activités.

Produire toujours plus de choses, même inutiles ou néfastes, voilà ce qu’est une politique basée sur la croissance.

A la sortie de la guerre, quand nous devions reconstruire la France, il fallait produire massivement, la croissance du P.I.B pouvait coïncider avec le progrès. Ce n’est plus le cas. Chômage subit, inégalités, soins médicaux inaccessibles, pénuries de logements, égoïsmes, solitudes, violences, on nous dit que c’est la crise.

On nous dit que ce n’est qu’une crise, qu’il nous faut faire des efforts mais, il y a une autre explication. Regardons les choix économiques qu’entraîne la volonté de croissance du P.I.B.

Jeter et fabriquer augmente le P.I.B. alors, nous produisons des biens fragiles qu’on ne répare plus.

Plus vite un bien est démodé, plus vite il faut en fabriquer un autre, plus vite le P.I.B. augmente alors, les propagandes commerciales nous expliquent qu’il est utile de posséder les dernières nouveautés.

Moins il y a d’entraides entre les humains, plus un citoyen est dépendant du système, plus les consommations personnelles augmentent : égoïsmes et solitudes sont bons pour le PIB alors, structurellement, les liens entre les citoyens diminuent.

Comme une société privée doit rémunérer ses actionnaires, quand on privatise un service public, le P.I.B. est augmenté des bénéfices que la société privée doit dégager, alors, toute politique de croissance doit réduire les services publics.

Dans une économie d’offre et de demande, ce qui est abondant est gratuit, donc mauvais pour la croissance du PIB : tout système basé sur la croissance doit favoriser la rareté, priver une part grandissante de la population de biens essentiels, tous les biens et services auparavant gratuits deviennent payants.

Bilan

La croissance voulue par la pensée unique n’est que la croissance infinie du P.I.B. Elle est en contradiction avec le progrès, l’efficacité, la liberté, la générosité du vivant, l’abondance des énergies, le respect de l’avenir.

La croissance infinie du P.I.B. nécessite la création perpétuelle de nouveaux besoins. Ainsi, une économie basée sur une croissance infinie doit maintenir les citoyens dans un état d’insatisfaction permanente.

Loin du « vivre ensemble » une société basée sur la croissance du P.I.B. est une société du « consomme pour toi ».

La croissance n’est pas liée au progrès de l’humanité. Elle est cette « crise » qui nous détruit.

La croissance est cette « crise » qui nous détruit.

Décroissance.

François NICOLAS, Rezé(44)