Archives du mot-clé manifestation

La légitimité de la violence ?

Avoir peur de recevoir de coups. Avoir mal. Aller simplement exprimer son avis, son opposition à ce monde de haine et de destruction puis en sortir définitivement mutilé.

S’il peut sembler normal de céder à la tentation de la violence ceci ne sert que le camps de la peur, de la haine, de la barbarie, ceci donne des justifications à posteriori aux pires abus, aux pires privations de liberté, aux lois liberticides, aux fascistes de tous les bords, à ce monde de brutes capitalistes qui ne reconnaissent que la loi du plus fort, la loi de la jungle, la loi des multinationales, les violences, les haines, les communautarismes, les identités nationales qui par nature excluent et encouragent les divisions artificielles et humainement suicidaires.

Je crois que la seule violence acceptable est la légitime défense : quand on est directement agressé sans pouvoir fuir ou quand on défend un agressé qui ne peut pas fuir. Je crois qu’il n’y a de « contre-violence » que pacifique et fraternelle : toute autre « contre-violence » est une défaite de la civilisation, une victoire de ce monde néo-libéral inhumain que le grand capital nous impose.

Dans l’actualité des luttes des dernières années, je trouve que les diverses actions des brigades des clowns où, les actions de résistances passives « nues et désarmées », « enchaînées » ou encore « enterrées » sont de bonnes illustrations de ce que l’on peut faire pour lutter efficacement. Des actions qui ne transforment pas les oppresseurs en défendeurs de l’ordre. Des actions qui laissent le choix aux détenteurs de l’autorité publique de ne pas employer la force. Des actions qui laissent le choix aux détenteurs de l’autorité publique de choisir la vie et de ne plus défendre les puissants, les destructeurs d’humanité.

Nous ne gagnerons un monde plus juste, plus sain, plus civilisé, que lorsque les hommes et femmes de devoir n’auront plus aucune possibilité de croire qu’ils usent de violences pour le bien de toutes et tous et non pour la destruction de nos avenirs, pour une société de plus en plus autoritaire et liberticide.

Bien entendu, ceci demande un incroyable courage et une formidable clairvoyance.
Le courage d’être à la merci des quelques humains qui se cachent parmi les dépositaires de la force publiques et/ou les résistants pour conjurer leurs peurs et problèmes personnels en assouvissant leur soif de violence, violence rapidement contagieuse.
La clairvoyance de celles et de ceux qui sont persuadées qu’une lutte gagnée par la violence est une lutte perdue, une victoire des néo-conservateurs, des partisans de la loi du plus fort, une victoire des fascistes, contre l’humanisme, contre la civilisation.

Merci à l’incroyable courage et à la clairvoyance des militantes et militants pacifistes de toutes ces luttes pour la préservation de l’avenir de l’humanité et… Merci aux dépositaires de la force publique qui n’useront plus des moyens violents à leur disposition! Et si, en définitive, il y avait, également répartis de part et d’autre des barricades, d’une part le camps de la peur et de la violence, d’autre part le camps du courage et de l’humanité?

Paix et amour,

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.mingata.eu

Démission?

Quel intérêt de demander, avant la fin des enquêtes, la démission de celles ou ceux qui n’agissent que sur ordre, par devoir?

Est-ce un besoin de ne pas remettre en cause le peu d’intérêt de nos dirigeants économiques pour le respect de la vie, quand ils ont l’occasion de retirer quelques bénéfices financiers en détruisant, petit à petit, l’avenir de l’humanité?

Mort de Rémi Fraisse: Denis Favier, directeur général de la gendarmerie, invité de BFMTV

Est-ce un moyen d’éviter de condamner ces politiques de tous bords qui se nourrissent des divisions ou violences, entretiennent des fantasmes sécuritaires, exacerbent les haines et attitudes de défiances, préfèrent créer des situations ingérables militairement plutôt que de remplir leur mission de représentants du peuple: exposer et débattre honnêtement des raisons qui les poussent à engager tous ces Grand Projets Inutiles et Imposés?

Est-il besoin de demander des démissions d’hommes et de femmes de devoir quand tant de démissions ont déjà eu lieu?

Ne sont-ce pas ces précédentes démissions qui sont criminelles. Ces démissions face aux promesses électorales. Ces démissions face au respect de l’avenir. Ces démissions face aux pouvoirs financiers. Ces démissions face aux haines. Ces démissions face au devoir de respecter la vie. Ces démissions face aux valeurs fondamentales humanistes et universalistes de la Républiques Française?

François NICOLAS, REZE(44)
www.mingata.eu

Se mobiliser pour la paix et la justice en Palestine

La guerre et les violations des droits humains sont des chemins sans espoir. Essayons la paix et la justice.

La vie, la paix, peuvent être dangereuses. La guerre, la mort, sont sans espoir.

Paix et amour,

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.mingata.eu

12 avril 2014, FukuChiNON comme si vous y étiez

Le 12 avril 2014 a eu lieu à Chinon, à 10 km de la première centrale nucléaire de France, construite en 1963, un festival des alternatives au nucléaire qui a rassemblé des militantes et des militants en lutte pour une société respectant l’avenir des hommes et des femmes sur les terres de France, une société qui ne serait plus menacée par d’improbables, donc possibles, catastrophes condamnant durablement des régions entières, une société qui ne produirait plus massivement des déchets mortels pour des centaines de milliers d’années, une société tout simplement raisonnable.

Restitutions vidéos de cette journée:

Marche dans les rues de Chinon:

Récit d’une prise de conscience:

Déclarations à l’issue de la marche:

Conférence sur la transition énergétique:

Conférence sur les conséquences éternelles des catastrophes nucléaires:


François NICOLAS, REZE(44)
http://mingata.eu/

Nucléaire, Fukushima, Chinon… Toutes et tous à FukuChiNON le 12 avril!

Nucléaire, Fukushima, Chinon…

Toutes et tous à FukuChiNON le 12 avril!

Fukushima – Nantes 2014 : http://www.youtube.com/watch?v=2rtMuCyOR1E
 

On nous dit que les catastrophes nucléaires sont hautement improbables, qu’elles nécessitent des successions d’erreurs ou de malchances… Three Mile Island, Tchernobyl ou Fukushima, sont là pour nous rappeler que ce qui est improbable est possible, que de catastrophes en catastrophes, leurs conséquences sont de plus en plus dramatiques, coûteuses et durables.

 Avril 2012, Nantes, Journées internationales d’actions : http://www.youtube.com/watch?v=Y76oFBk1b4U
 

N’attendons plus qu’un improbable accident interdise aux humains tout ou partie du sol français.

Nantes, 27 avril 2013, sortons du nucléaire : http://www.youtube.com/watch?v=PIle9lvpvj8
 

Luttons pour que nos politiques décident enfin d’écouter leur pulsion de vie, leur respect de l’avenir, plutôt que leur pulsion de mort, leur recherche de profits politiques immédiats.

 Arrêt immédiat des chantiers EPR et THT : http://www.youtube.com/watch?v=KSpoY0i9vQ8
 

Luttons pour que nos politiques arrêtent de nous faire consommer de l’énergie en laissant payer la facture aux 6000 prochaines générations d’humains qui auront à gérer les déchets radioactifs massivement produits.

Enterrons le nucléaire avant qu’il ne nous enterre : http://www.youtube.com/watch?v=Yb_yqK8yFLo
 

Luttons pour que nos politiques décident enfin d’abandonner la production massive de déchets nucléaires.

Qu’est-ce qu’une centrale nucléaire : http://www.youtube.com/watch?v=gXyDkuWSMew
 

François NICOLAS
http://mingata.eu/

Extrait de « Fukushima : Trois ans plus tard – Toshio Nishi »

http://www.fukushima-blog.com/2014/04/fukushima-trois-ans-plus-tard.html

(…) Trois ans plus tard, la  sombre menace d’une autre tragédie est suspendue au-dessus de Fukushima : au quatrième étage du réacteur n° 4 – c’est-à-dire celui qui a explosé le premier jour – il reste 1 331 barres de combustible usé entreposées dans de l’eau de refroidissement dans une grande cuve en acier. La piscine, secouée par le séisme, penche d’environ 30 degrés. Les six réacteurs de Fukushima ont produit 14 225 assemblages de combustible usé qui sont tous stockés de la même façon pour chaque réacteur.
(…) Par miracle, la piscine ne s’est pas encore écroulée. Mais la prochaine grosse secousse ou l’usure du métal pourraient signifier la fin de la vie partout aux alentours. En cas d’effondrement, la zone métropolitaine du grand Tokyo, et les grandes villes avoisinantes comme Yokohama, qui comptent une population d’environ 33 millions, pourraient devenir un vaste désert où nul ne voudrait plus habiter.
(…) Le nombre des nouvelles victimes se monte à 14 000, selon le gouvernement. En tout, 160 000 habitants ont fui la région et n’ont pas le droit de rentrer chez eux.
(…) comment se débarrasser de l’eau radioactive qui représente aujourd’hui un volume de 500 000 tonnes. Autrement dit 400 tonnes par jour, jour après jour.
(…) Fukushima a besoin de toute urgence de plus d’espace de stockage ou mieux encore, de citernes plus grandes pour recueillir 450 000 tonnes de plus dans les deux années à venir. Les réacteurs fondus devront être refroidis pendant encore au moins 20 ans
(…) Tokyo Electric a mesuré au fond de ce puits de 30 mètres une concentration de césium  absolument choquante, un million de fois plus létale que le niveau acceptable fixé par la NRA.
(…) L’eau radioactive reste active pendant des centaines d’années. Le plutonium, produit en abondance dans les réacteurs, reste mortel pendant 25 000 ans. Le démantèlement des réacteurs fondus de Fukushima lui-même prendrait plus de 50 ans et coûterait plus de 30 milliards de dollars. Et l’évaluation est optimiste.
(…) « Nous ne savons pas où se situe la source de la contamination et nous n’avons pas jusqu’à présent réussi à la contenir. »
(…) Tokyo Electric Company vient de découvrir d’importantes concentrations de strontium dans les fuites d’eau en provenance des cuves de stockage.
(…)  Selon les normes internationales, les Japonais vivant dans la région ont été exposés à un niveau de strontium plusieurs centaines de fois supérieur à ce qui est considéré comme « sûr ».
(…) « Personne ne pourra jamais revivre à Fukushima ; c’est donc une solution parfaitement appropriée que de laisser tous les déchets radioactifs imbrûlables et les cendres des déchets brûlables sur place. »
(…) Fukushima a été la révélation glaçante de l’incompétence, de l’irresponsabilité et de l’arrogance des personnes chargées des réparations et du nettoyage. Pis encore, les responsables ont gaspillé d’énormes sommes d’argent appartenant aux contribuables ; ils ont prolongé les souffrances de ceux qui ont directement souffert de la fusion des réacteurs et ont indirectement terni la réputation du Japon dans le monde.
(…)
 

Prochain rendez-vous : toutes et tous à CHINON le samedi 12 avril 2014

CHINON : 4 réacteurs mis en service en 1982, 83, 86 et 87 ont atteint ou vont atteindre leur durée limite de fonctionnement. En 5 ans, le volume des travaux réalisés pendant les arrêts de tranches a plus que doublé… Plus de la moitié des 700 événements significatifs pour la sûreté déclarés par EDF en 2013 sont liés à des problèmes de qualité de maintenance…

Dès maintenant arrêtons:
●  le chantier du réacteur EPR de Flamanville
●  la centrale de Fessenheim et les réacteurs qui ont atteint 30 ans (leur durée de    fonctionnement prévue)
●  la fabrication du combustible MOx et le « retraitement » des déchets à La Hague
●  les projets d’enfouissement de déchets radioactifs
●  le projet ITER, les projets de nouveaux réacteurs.
Exigeons que la loi de transition énergétique contienne une décision politique immédiate et irrévocable de sortie du nucléaire civil et militaire.

Plus d’infos sur : www.fukuchinon.over-blog.com

Depuis Nantes : car au départ du Cardo (arrêt de tram ligne 2)

Départ en milieu de matinée, retour à 20h30 au Cardo.
Participation: 20€ (Tarif solidaire : 10€)

Renseignements et réservation (obligatoire) : coordarn@laposte.net

Nantes, samedi 22 février 2004, après la manifestation

Nantes, samedi 22 février 2004, la fin de la manifestation contre la destruction du bocage à Notre-Dame-des-Landes.

Comprendre, avec les déclarations des paysans et paysannes, des biologistes ou des élues et élus, l’état d’esprit de celles et de ceux qui aimeraient qu’enfin nos politiques oublient les rêves de destruction des terres, les fascinations pour les surconsommations, l’illusion d’une croissance infinie dans un monde fini.

Comprendre que les opposants et opposantes à la destruction du Bocage de Notre-Dame-des-Landes demandent résolument une chose, que nos politiques se tournent vers l’avenir, la vie.


Paix et amour,
François NICOLAS, REZE(44)
http://mingata.eu/

Que c’est-il passé à Nantes ce samedi?

Ce qui s’est passé EN MARGE de la manifestation

(EXTRAIT du communiqué de presse du 23 février 2014 | Collectif de Rezé contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes – col.reze.contre.aeroport.nddl@riseup.net )

« (…)Nantes en état de siège
Samedi, plusieurs heures avant le début de la manifestation, le centre-ville de Nantes est en état de siège : trois mille policiers mobilisés, des dizaines de rues barrées par des grilles, des canons à eau ultra-visibles, des fourgons alignés par dizaines, de place en place, des policiers en civil déjà en action, (…) Toute la journée, un hélicoptère survole la manifestation. Le soir, la ville est soumise à un véritable couvre-feu, les transports publics sont arrêtés. (…) la Préfecture (…) empêche le déroulement raisonné de la manifestation. (…) Raccourci de moitié, le trajet de la manifestation, pourtant longuement préparé par la coordination des opposants au projet, est devenu trop court pour accueillir les manifestants : plus de 50 000, la plus grosse mobilisation jamais organisée contre ce projet absurde. (…) saturation de la zone comprise entre la croisée des trams et la Petite Hollande. La Préfecture, après avoir interdit le centre-ville et l’Île de Nantes aux manifestants, laisse se construire des scènes de désordre. Des dizaines de policiers lourdement équipés sont à quinze mètres de la poignée de jeunes qui détruit le local de la TAN. Après avoir évacué la croisée des trams et les rues voisines, des centaines de policiers laissent le même groupe brûler des aubettes sans intervenir, ni faire intervenir les pompiers. Le choix de ce dispositif policier totalement extravagant conçu pour produire des images de désordre (…) Nous sommes en colère d’avoir dû manifester dans une ville soumise à l’état de siège et contre ces élus qui vantent la démocratie dite participative (…) Il n’est de pires sourds que ceux qui utilisent des grenades assourdissantes pour défendre l’indéfendable. »

LA VÉRITABLE MANIFESTATION contre la destruction du bocage de Notre-Dame-des-Landes

Hypnotisé par quelques humaines et d’humains qui, en dehors du parcours de la manifestation, ont détruit des biens matériels sans être interrompu durant ces actions, beaucoup de médias semblent avoir oublié de filmer ce qu’on fait les dizaines de milliers d’humaines et d’humains qui ont réellement participé à cette manifestation. Cette vidéo amateur vous le montrera :

Paix et amour,


François NICOLAS, REZE(44)
http://mingata.eu/