Archives du mot-clé philosophie

Devenir milliardaire?

Le ministre de l’économie avait déclaré le 7 janvier, dans un entretien aux Echos, qu’il fallait des « jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires ». Dès le 7 janvier, le secrétaire national du PS, Jean-Christophe Cambadélis, avait lui aussi critiqué la formule en déclarant : « Je ne sais pas si c’est le conseil qu’on doit donner aux jeunes Français. » – (source: http://www.lemonde.fr/politique/artic… )

 

 

L’humanité ne se résume pas à cette vision étriquée de la réussite.

L’humanité ne se résume pas à l’idée que réussir c’est écraser les autres.

L’humanité n’est pas l’égoïsme, c’est le partage, la joie d’être ensemble.

 

Oui au respect de l’avenir, en finir avec les accumulations.

Oui à la vie, oui aux sourires, en finir avec les compétitions.

Oui à un environnement vivable.
BIEN VIVRE, ENFIN!
François NICOLAS, REZE(44)

Transformer la société toute entière en une société de travailleurs

(Un texte partagé par « Émile Simone » et que je ne peux résister à partager à mon tour)


 

« L’époque moderne s’accompagne de la glorification théorique du travail et elle arrive en fait à transformer la société toute entière en une société de travailleurs. Le souhait se réalise donc, comme dans les contes de fées, au moment où il ne peut que mystifier. C’est une société de travailleurs que l’on va délivrer des chaînes du travail, et cette société ne sait plus rien des activités les plus hautes et les plus enrichissantes pour lesquelles il vaudrait la peine de gagner cette liberté. Dans cette société qui est égalitaire, car c’est ainsi que le travail fait vivre ensemble les hommes, il ne reste plus de classes, plus d’aristocratie politique ou spirituelle, qui puisse provoquer une restauration des autres facultés de l’homme. Même les présidents, les rois, les premiers ministres voient dans leurs fonctions des emplois nécessaires à la vie de la société, et parmi les intellectuels il ne reste que quelques solitaires pour considérer ce qu’ils font comme des œuvres et non comme des moyens de gagner leur vie.
Ce que nous avons devant nous, c’est la perspective d’une société de travailleurs sans travail, c’est-à-dire privés de la seule activité qui leur reste. On ne peut rien imaginer de pire. »

Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne.


 

Bonne annee 2015
Liberté, égalité, fraternité, décroissance,
bien vivre, enfin!
http://www.mingata.eu

François NICOLAS, REZE(44)