Archives du mot-clé salaire

Instaurer un vaccin contre les crises économiques et sociales

Afin qu’un désastre économique ne succède pas à cette crise sanitaire, il est nécessaire d’armer l’économie française d’un véritable vaccin contre les crises économiques.

Un vaccin qui sécuriserait préventivement toutes les activités économiques utiles au plus grand nombre. Un vaccin qui garantirait inconditionnellement que chaque personne dispose de quoi acheter ce dont elle a besoin pour vivre décemment. Un vaccin qui par conséquent augmenterait la sécurité financière des entreprises fournissant des biens et services essentiels à une vie décente.

La crise sanitaire nous a contraint à arrêter la machine à croissance du PIB. Mais, nous nous préparons à relancer notre système spéculatif anti-économique. Nous nous préparons à relancer les compétitions économiques fratricides, la fabrique à précarités.

Or, la nécessité de poursuivre certaines activités malgré l’arrêt brutal de notre économie a mis en évidence que les travaux les plus indispensables ne sont ni les mieux rémunérés, ni les plus stables.

Or, l’envie de toutes et tous de s’investir, de participer à la lutte contre cette pandémie, a mis en évidence le besoin de cohésion nationale qui nous anime.

Ces faits attestent de la pertinence qu’il y aurait à rapidement mettre en place un revenu de base inconditionnel. Un revenu matérialisant l’envie du peuple français de construire une société plus solidaire, une société où chaque personne serait en mesure de librement s’investir sans crainte pour son avenir et celui de ses enfants. Il est temps d’instaurer le droit à un revenu de base inconditionnel. Il est temps de consolider la résistance individuelle et collective a cette crise et aux crises à venir.

Luttons pour le droit à un revenu de base inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué individuellement à toutes et tous, versé de la naissance à la mort, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie.

Nous avons toutes et tous la possibilité d’agir concrêtement pour construire un monde plus respectueux des personnes et économiquement moins sensible aux crises. Nous devons voter et partager massivement l’initiave citoyenne européenne pour l’instauration de revenus de base:

https://you.wemove.eu/campaigns/2020-03-basic-income-FR

Amicalement,

François NICOLAS

BONUS : proposition d’un parcours de découverte de la notion de revenu de base inconditionnel

I. INITIATION

a) Une pétition à partager pour un revenu de base supérieur aux seuils de pauvreté (le court argmentaire donne quelques éléments à celles et ceux qui découvrent ces enjeux) :

https://www.change.org/p/pour-le-droit-%C3%A0-un-revenu-de-base-inconditionnel-au-moins-sup%C3%A9rieur-au-seuil-de-pauvret%C3%A9

b) Un débat mouvant avec les colibris (les expressions des participant·e·s sont relativement classiques : elles permettent de cerner les habituelles peurs ou enthousiasmes que l’on entends à chaque réunion) :

II. APPROFONDISSEMENT

a) Une conférence de Baptiste Mylondo pour réfléchir aux revenus de base comme élément d’un projet de société émancipateur et décroissant :

III. ACTIONS

a) Un extrait d’une conférence gesticulée d’Alexis Lecointe pour t’inspirer quelques moyens d’augmenter l’attrait de tes éventuelles présentations du revenu de base:

b) Le site du MFRB (le Mouvement Français pour un Revenu de Base) :

https://www.revenudebase.info

Vidéos – Le code du travail, quels enjeux?

Analyse la réforme du Code du travail par Dominique Méda,
professeure de sociologie à l'Université Paris-Dauphine

 

 

Mardi 5 septembre 2017,
l'avis de Gérard Filoche, ex-inspecteur du travail.

Vendredi 25 août 2017,
ce qui ce dit du coté des écologistes.

Dimanche 9 juillet 2017,
évocation détaillée dans le cadre de la convergence des luttes
à Notre-Dame-des-Landes.

Souvenir, manifestation du 15 septembre... 2016

Bonus, une fiction du 10 décembre 2010, pour le plaisir.
... Sans rapport, quoi que...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De la corrida à la barbarie économique, les mots ont un sens.

guernica.jpg

On nous dit qu’une corrida est une confrontation entre de dangereux taureaux de combat et de courageux toreros parés de magnifiques habits de lumière. Il n’y a aucune confrontation entre un torero et un taureau : ce dernier n’a rien demandé. L’idée d’une confrontation, d’un combat, est une escroquerie.

L’emploi de l’expression fantasmagorique de taureau de combat me met mal à l’aise: un taureau ne cherche à se défendre que par notre volonté, pour sa survie. Le seul fait d’utiliser l’expression « taureau de combat » nous prédispose à accepter ce monde imaginaire qui masque la glorification de notre soumission à la violence.

Cette instrumentalisation des mots n’est pas un phénomène isolé, c’est un principe global de conditionnement de nos comportements.

De même qu’on accepte plus facilement l’idée de torero que de boucher, nous préférons l’idée de combat à celle de crime, de dommages collatéraux à celles de victimes innocentes, l’idée de tomber pour défendre les victimes des pires barbaries à celle de mourir en s’entretuant entre inconnus au profit de puissants qui se connaissent, l’idée de n’être que des victimes de lois naturelles plutôt que des exploités d’un système barbare.

Ainsi, nous préférons croire en une nécessité de croissance du PIB, une nécessité d’augmentation de notre compétitivité, une nécessité de vaincre pour survivre, plutôt que de regarder en face notre allégeance à un système économique en roue libre qui augmente chaque jour le domaine de la barbarie.

L’emploi de l’expression fantasmagorique de compétition économique me met mal à l’aise: un travailleur ne cherche à écraser les autres travailleurs que par peur de se retrouver sans ressource, parce qu’on conditionne son revenu à son acceptation de l’exploitation de l’homme par l’homme. Le seul fait d’utiliser l’expression compétition économique nous prédispose à accepter ce monde imaginaire constitué d’une élite quasi-divine grâce à qui les richesses seraient produites et qui partagerait généreusement une part de ses biens, au lieu de regarder en face la sur-exploitation des humains et de nos avenirs, notre soumission à un système économique barbare qui nous broie.

Il n’y a aucune confrontation nécessaire entre travailleurs : nous subissons ces compétitions permanentes, inutiles et contre-économiques, sans réellement les désirer. Nous sommes prisonniers de l’illusion d’être forcés de lutter entre-nous pour obtenir un revenu. L’idée de compétition économique est une escroquerie.

J’aime l’imagination, la beauté de la pensée mais, je déteste qu’elle soit perpétuellement instrumentalisée pour justifier des pratiques qui, en favorisant l’auto-exploitation de l’humanité, entravent la construction d’un monde plus juste, moins violent, des pratiques qui pérennisent les violences physique ou économiques et cherchent à les faire apparaître comme consubstantielles à notre humanité.

Oui, l’humanité a été et est encore très violente mais ceci évolue, nous aspirons à être de moins en moins barbares, de plus en plus civilisés.

Ne masquons plus nos fragilités par des bravades, nos peurs par des violences.
Rassurons-nous en nous réconciliant plutôt qu’en nous massacrant, en nous protégeant plutôt qu’en nous entretuant.
Paix et Amour,

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.festivalnikon.fr/video/2013/1394

Agissons!

Nous avons jusqu’au 14 janvier pour voter afin que l’Europe étudie la viabilité économique d’un revenu de base universel:
https://ec.europa.eu/citizens-initiative/REQ-ECI-2012-000…

Chaque voix compte pour changer ce monde qui ne nous correspond pas, pour que l’avenir se concrétise par la diminution des compétitions, des barbaries, par l’augmentation de la civilisation:
https://ec.europa.eu/citizens-initiative/REQ-ECI-2012-000…

PS: plus d’info sur le revenu de base:
http://revenudebase.info/