Archives du mot-clé valeurs

Citoyen policier, réagit!

Citoyen policier, citoyen gendarme,

Tu t’es engagé pour protéger la république, la paix.

La constitution de la république française est parfaitement claire, les pouvoirs qui te sont accordés viennent du peuple: nos représentants politiques, comme toi, tiennent leurs pouvoirs du peuple. Comme nos représentants, ton devoir est de servir et protéger le peuple, les droits de chaque individu, les valeurs de notre république qui s’articulent autour des droits humains. Ton devoir est de protéger celles et ceux qui exercent leur droit d’exprimer leurs opinions, de débattre dans les lieux publics.

Tu t’es engagé pour que grâce à toi, à ton dévouement, nous restions en démocratie.

A toi d’agir, à toi de stopper celles et ceux qui, même à tes cotés, face au stress, aux insultes et aux violences, en oublient leurs devoirs et, insidieusement, transforment la nature de notre régime politique.

Il est facile, trop facile, de s’en prendre aux dirigeants politiques. Ceux-là ne tiennent pas la matraque, ceux-là ne gazent pas, n’emprisonnent pas et, n’obligent personne à le faire. Il n’y a pas d’ordre légal de « taper », de « se lâcher », ce ne sont là que des interprétations illégales, dirigées par la peur.

En toutes occasion tu gardes tes responsabilités, ton libre-arbitre, ton choix, ta volonté de protéger le peuple, la république, même contre celles et ceux qui oublient qu’ils ou elles portent un uniforme, qui oublient qu’ils ou elles n’ont de pouvoir que pour protéger, pas pour user de manière disproportionné de violences aux personnes.

La démocratie c’est aussi toi, ton dévouement, ton sang froid, ta probité. Elle ne survivra pas si tu l’oublies.

Servir.

François NICOLAS, REZE(44)

Dire tout haut ce que toutes et tous pensent tout bas

Ce n’est une insulte pour personne que de dire tout haut le fond de la pensée de la majorité silencieuse. Le fond de la pensée de celles et de ceux qui aiment vivre la France comme un pays de libertés, de ripailles, de cultures populaires, un pays des droits humains, un pays d’abolition des privilèges, un pays de partage des ressources, un pays de construction d’un modèle de société protecteur des plus faibles.

Notre problème majeur est le manque de respect, par les pouvoirs économiques, pour les droits humains, pour la démocratie, pour l’abolition des privilèges, pour le partage des ressources, pour la construction d’un modèle de société protecteur des plus faibles.

Notre problème majeur est la capitulation face aux égoïsmes, aux xénophobies. La capitulation face au dogme majeur des droites et extrêmes-droites : le fantasme que tout irait mieux en donnant toujours plus à ceux qui ont déjà tout et toujours moins à ceux qui n’ont rien.

Les retours en arrière vers plus d’égoïsmes, de violences, de discriminations, plus de replis sur soi, plus de haines, n’ont rien d’une alternative au système actuel mais ne sont que la suite logique des politiques actuelles, ne sont que la poursuite du suicide collectif de l’humanité.

Les apports réels des personnes à l’humanité sont par définition inversement proportionnels à leurs comptes en banque. En effet, le pouvoir d’achat est un droit d’exploitation des ressources et du travail de toutes et de tous. Ainsi, plus on a de pouvoir d’achat, plus on peut prendre aux autres alors que nos revenus dépendent principalement de la loi du marché, de nos capitaux, de la finance et pas du tout de ce que l’on apporte vraiment aux autres… Glorifier la compétitivité n’est que glorifier l’exploitation des hommes, femmes et enfants, et, en dehors de ceci, ça ne sert à rien si ce n’est à nous appauvrir en nous opposant les uns aux autres tout en dilapidant les ressources de toutes et de tous au profit de quelques-uns.

Par sa seule existence, toute personne est une richesse. Ce ne sont jamais les billets de banque qui travaillent. Ce ne sont jamais les capitaux mais seulement les personnes qui transforment les ressources en richesse.  Par le simple fait de vivre, d’avoir des activités, de respirer, nous travaillons! Dans notre économie financiarisée l’utilité des emplois est souvent réduite à une répartition arbitraire des revenus alors qu’il serait bien plus simple, plus démocratique et plus viable économiquement d’attribuer inconditionnellement un revenu de base à toutes et tous. La richesse de l’humanité ne réside pas dans notre asservissement aux capitaux, aux pouvoirs centralisés, à nos papiers d’identités, à nos autorisations administratives de séjour. La richesse de l’humanité est dans les hommes, les femmes et enfants que nous sommes.

Il faut bien peu de réflexion pour croire que le problème, c’est l’autre, celui que, par sa naissance, sa pauvreté, sa religion, sa couleur de peau, la couleur de ses cheveux, son poids, sa taille ou ses opinions politique, j’identifie comme différent de moi.

C’est parfois difficile de s’ouvrir aux autres. L’amour est semé d’embûches, de difficultés, de mises en danger. Et alors ? Serions-nous des lâches baissant les bras aux moindres difficultés ? Des enfants qui se recroquevilleraient sur eux-même, entres-eux, préférant faire peur en montrant les crocs plutôt que d’esquisser des sourires? Il n’y a aucun avenir à préférer précipiter notre perte, à s’enfermer dans nos cauchemars plutôt que de poursuivre nos rêves.

Ce n’est une insulte pour personne que d’affirmer qu’être civilisé c’est apprendre à construire ensemble, toutes et tous ensemble, apprendre à tendre la main, apprendre à ne pas opposer nos différences mais à rechercher nos complémentarités, apprendre à fortifier ce qui nous rassemble.

Alternativement,

François NICOLAS, REZE(44)
http://mingata.eu/

 

Les républicains

Le parti « Les Républicains » est, dit-on, en train de définir sa ligne politique.

Les valeurs fondamentales de la république sont clairement définies par le socle constitutionnel :
– la république ne voit pas les droits humains comme une contrainte mais comme son cadre d’action, son but, sur son territoire comme partout,
– la république prône l’intégration, le partage: la république indique clairement que c’est la responsabilité de l’état que de donner de quoi vivre décemment à tous ceux et toutes celles qui ne peuvent travailler,
– La république ne distingue pas les humains en fonction de leur religion, de leur couleur de peau ou de leur nationalité…

Bref, certaines personnes du parti « Les Républicains » vont devoir remettre en cause certaines de leurs actions et déclarations passées, si elles veulent que la ligne politique de leur parti politique défende les valeurs fondamentales de la république.

François NICOLAS, REZE(44)
http://www.mingata.eu

Le plaisir de travailler pour un monde plus juste.

Retour sur 2013 en musiques et vidéos militantes

Avec Bred’Irie (http://www.youtube.com/watch?v=is0EUb…), TRYO (http://www.tryo.com/site/), Knuqxk et Gnoqxk (https://www.facebook.com/pages/Knuqxk…)…


Notre-Dame-des-Landes (http://www.youtube.com/watch?v=PZaBJQ…), Migration (http://www.youtube.com/watch?v=LiUAi6…), Camille (http://www.youtube.com/watch?v=CLVlgw…), Réseau du Retz’L (http://www.youtube.com/watch?v=HXyv8z…), Nucléaire (http://www.youtube.com/watch?v=gXyDku…), Municipales (http://sudagglonantaise.eelv.fr/), Revenu de Base Inconditionnel (http://revenudebase.info/), Vélorution (http://www.youtube.com/watch?v=RvaDl5…), Décroissance (http://www.youtube.com/watch?v=KT2wLV…), Summerlab (http://www.summerlabnantes.net/), Journées d’été de l’Écologie (http://www.youtube.com/playlist?list=…)…

Paix & Amour,

François NICOLAS, REZE(44)

http://mingata.eu/

Qu’est-ce que… l’identité nationale?

Les valeurs fondamentales de la République Française combattent le dogme d’une identité nationale.

UNE ET INDIVISIBLE
La nation française, par sa création, son histoire et ses lois, ne définit pas ce qu’il faut être pour être français mais ce qu’il faut respecter. Ainsi, la République Française a pu, peut et pourra assimiler toutes les femmes, tous les hommes, toutes les cultures et demeurer une et indivisible.

LIBERTÉ
Notre nation est composée de femmes et d’hommes libres d’être eux-même, sans modèle pré-établi.

ÉGALITÉ
Notre république reconnait l’égalité de toutes les femmes et de tous les hommes.

FRATERNITÉ
Notre gouvernement à le devoir de garantir un équitable partage des ressources en garantissant que toutes les femmes et tous les hommes puissent travailler pour subvenir à leurs besoins et, quand, du fait de leur état ou des conditions économiques, elles ou ils ne peuvent travailler, de leur garantir une vie décente.

Nos valeurs sont simples et justes. Malheureusement, ce n’est pas le type de valeurs que celles ou ceux des politiques qui ont peur des néo-conservateurs, des contre-révolutionnaires ou des xénophobes osent ré-affirmer. A nous de les leur rappeler!

François NICOLAS, REZE(44)
http://mingata.eu/