L’arme de destruction massive au service du capitalisme : la xénophobie.

Tu as fuis un pays où, du fait d’une guerre, d’une dictature, de catastrophes naturelles ou tout simplement de la misère, tu ne pouvais vivre décemment.

Dans ton long parcours vers la Grande Bretagne, tu as bravé mille dangers et, quand tu es arrivée à Calais, ce sont des conditions de survie peu enviables, des contrôles, des arrestations, des centres de rétention, que nous, la France, le pays des droits humains, nous t’offrons.

Citoyenne du monde, sœur en humanité, je te prie d’imaginer qu’individu par individu, nous ne sommes pas à l’image des dirigeantes économiques et politiques de nos pays riches en devise.

Je te prie de croire que nous sommes des millions à savoir que si certaines font la promotion de la compétitivité, des surconsommations et des gaspillages, à savoir que si certaines attisent les égoïsmes, les haines, les xénophobies, ni toi ni les ressources de nos pays ne sont en cause.

Ce n’est que pour servir docilement celles et ceux à qui la barbarie de « l’offre et de la demande », la loi de la jungle financière, attribue le privilège insensé de gaspiller les richesses créées par toutes et tous, que tu es si mal accueillie ici.

Ce n’est que pour mieux exploiter les classes moyennes et le prolétariat en divisant celles et ceux qui transforment les ressources en richesses que tu es stigmatisée.

Ce n’est que pour poursuivre, malgré l’appauvrissement des ressources, la croissance du pouvoir des plus riches en devise que notre droit de vivre dignement, toutes et tous ensemble, est ainsi bafoué.

Je te prie de croire que nous sommes des millions d’altermondialistes à militer pour qu’enfin nous partagions équitablement les ressources, pour qu’enfin nous puissions toutes et tous bien vivre, ensemble, partout où la vie est possible sur Terre.

Je te prie de croire que nous sommes des millions à militer pour qu’enfin la majorité des humains réalisent qu’il n’y a aucun avenir à s’accaparer plus de richesses qu’il n’en est nécessaire pour bien vivre.

Je te prie de croire que nous sommes de plus en plus d’hommes et de femmes à lutter pour qu’enfin l’évidence économique soit admise : il n’y a aucun avenir pour l’humanité si nous ne nous décidons pas massivement à « vivre simplement pour que le reste du monde puisse simplement vivre ».

François NICOLAS, REZE(44)

Vivre simplement pour que le reste du monde puisse simplement vivre

Vivre bien, ensemble

[VIDEO] « Pas de limite? (Une croissance infinie dans un monde fini.) »: https://www.youtube.com/watch?v=Sf_BxRTrm5s&list=PLYfjo3JyLy2R34NubRx9MxztCHLfKdQV4&index=1

 

Publicités

A propos François NICOLAS

Militant écolo, je veux agir pour que nous refusions enfin que la prospérité temporaire des un-e-s se traduise par la mort de faim définitive des autres : « Vivre simplement, pour que les autres puissent simplement vivre. » Aux objectifs de victoires de quelques-un-e-s construites au dépend de multiples défaites des autres (ce que vous appelez compétition, la rage au ventre, les poings serrés), je préfère les objectifs de partage, d’amour et de respect (ce que tu appelles utopie anarchiste, le sourire aux lèvres, la main ouverte).
Image | Cet article, publié dans Décroissance, Démocratie, Fraternité, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s